Skip Ribbon Commands
Skip to main content
NL FR EN
A
A
A

  

 Rage: premier cas chez une chauve-souris en Belgique

  

  

Premier cas de rage diagnostiqué chez une chauve-souris en Belgique

Le 29 septembre 2016, le Centre National de Référence Rage de l’Institut scientifique de Santé publique (ISP) a confirmé le diagnostic de la rage sur une chauve-souris de l’espèce ‘Sérotine’(Eptesicus serotinus). Celle-ci avait été trouvée par un randonneur sur le territoire de la commune de Bertrix. L’animal présentant des symptômes neurologiques (incapacité de voler), un cas de rage a rapidement été suspecté. Le diagnostic, effectué  par un test d'immunofluorescence directe, a révélé une charge virale élevée dans l'échantillon prélevé sur le cerveau de l’animal. La PCR était également positive et le séquençage du virus a permis d'identifier un Bat Lyssavirus 1b européenne (EBL1b).

La rage est une maladie bien connue causée par un lyssavirus. La rage Classique (sylvatique) est une zoonose dont les principaux réservoirs sont les canidés sauvages et domestiques dans le monde entier. Plusieurs autres lyssavirus sont maintenant reconnus et pour lesquels les chauves-souris sont le réservoir. Parmi ceux-ci, quatre sont présents en Europe: bat lyssavirus européen 1 et 2 (EBLV 1 et EBLV 2), Bokeloh bat lyssavirus (BBLV) en Allemagne et en France et Lleida bat lyssavirus (LLBV) en Espagne.


Situation épidémiologique

La Belgique est indemne de rage sylvestre depuis 2001 grâce à un programme d'élimination menée par la vaccination orale des renards.

La circulation du virus de la rage (EBLV-1 et EBLV-2) chez les chauves-souris en Belgique était soupçonnée bien que jamais confirmée. Ceci est donc le premier cas autochtone de chauve-souris atteinte par le virus de la rage détecté en Belgique.

Ceci n’est pas une situation  inattendue car des cas similaires sont observés régulièrement en Europe. Entre 2015 et 2016, 62 chauves-souris positives pour la rage ont été signalées au Système d'information sur la rage de l'OMS par la République tchèque (n = 1), France (n = 6), Allemagne (n = 33), la Pologne (n = 8), Espagne (n = 5), les Pays-Bas (n = 8) et le Royaume-Uni (n = 1).


Risque pour la Belgique

Suite à cet incident le 'Risk Assessment Group' (RAG) a réalisé une évaluation du risque que pourrait constituer cet évènement pour la Belgique et en conclut que : l’identification de la chauve-souris positive ne modifie pas le risque pour la santé publique qui reste faible et limité  aux personnes qui ont un contact avec une chauve-souris.

Il est recommandé de ne jamais manipuler de chauve-souris à mains nues, encore moins si celle-ci semble malade. En cas de morsure, un médecin doit immédiatement être consulté. Outre le port de gants de protection appropriés, la vaccination préventive est recommandée aux personnes qui – pour raisons professionnelles ou par passion – manipulent fréquemment des chauves-souris, ainsi qu’aux personnes exerçant une activité professionnelle à risque (gardes forestiers, personnel soignant dans les centres de revalidation de la faune sauvage ou les chiroptérologues).



Procedure
En date du 15 juillet 2016, l’Institut scientifique de Santé publique (WIV-ISP) délègue son activité médicale de prise en charge post-exposition des patients exposés à un risque detransmission du virus de la rage aux médecins traitants. 

Last modified: